( 19 mars, 2017 )

Envie de… rien…

Ecrire...
Album : Ecrire...

1 image
Voir l'album

Trois jours que cela dure, mon âme fait grise mine,

Même le soleil est là, pour combattre ma déprime,

Et si mon coeur en sommeil, n’ose même plus rêver,

Je ne sais pas comment, mais j’dois y arriver.

Mais arriver à quoi ? Me souffle mon esprit,

A accepter les gens, tels qu’ils sont aujourd’hui ?

Je n’peux m’y résigner et je souffre souvent,

Du manque d’humanité, balayé par ces vents,

Qui tourbillonnent autour de mon âme égarée,

Sans cesse sollicitée par des choix erronés.

A cette heure je pleure sur ce manque d’énergie,

Qui me somme de rester, chez moi, bien à l’abri,

Sans oser m’réjouir du printemps qui s’amène,

Mais surtout sans savoir où ces jours-là me mènent.

Est-ce vers cet avenir, retour vers le futur,

Ou bien laissez-passer mes communes mesures,

J’aspire à un bien-être, est-ce trop demander ?

Un abandon total sans trop le quémander,

Afin que ces déprimes qui parfois me dépassent,

Laissent la place aux rimes, qui elles me délassent…

( 29 août, 2016 )

Merci la vie…

Merci la vie...
Album : Merci la vie...

1 image
Voir l'album

Merci la vie,

Pour ces heures  fragiles où tout paraît facile,

Où les sens endormis d’un battement de cil,

Font rêver, éloigner les vestiges d’un empire,

Et laissent tout de go, la quiétude m’envahir.

Mon esprit vague à l’âme, savoure le  plaisir,

D’un lâcher prise immense, flamme ardente du désir.

Comment fixer ce temps, la magie de l’instant,

Sinon par quelques lignes, tracées au gré du vent,

Brise légère parfumée aux embruns de la mer,

Qui fredonne sa berceuse par ses vagues éphémères.

Par ce doux clapotis qui martèle les minutes,

Je laisse mon esprit s’abandonner, hirsute,

A un bien-être fou, accrochant au passage,

Le ronronnement subtil de mes potes, sans dosage.

Ces potes qui m’apportent, chacune à sa manière,

La joie de l’amitié, sans faille et sans galère,

Pour des journées pareilles à des fous-rires d’ados,

Avec en prime le son, des appareils photos. ;)

Puis arrive cette heure où plus rien ne s’agite,

Cet instant idyllique où tout semble magique,

Face à l’immensité de cette merveille sans mont,

Je laisse s’envoler mon esprit vagabond.

Bonheur à fleur de peau, mon état s’engourdit,

Pour ne plus faire qu’un avec ce paradis,

Qui berce mes saisons et augmente mes années,

En me laissant chaque fois, une âme de nouveau-né.

Innocence passagère de l’enfant ébahie,

Je redeviens toujours la fille du sans-soucis,

Quand mes pas me ramènent dans cette antre solaire,

Où je passe des heures, à vénérer la Terre…

 

( 5 mai, 2016 )

Mer et soleil…

Mer et soleil...
Album : Mer et soleil...

1 image
Voir l'album

Etendue sur le sable, les sens tout en sommeil,

La torpeur envahissante me titille l’envie,

De partager ces douces minutes de ma vie,

En soulignant de mots le bonheur sans pareil.

Mon esprit embrumé d’la paresse de penser,

A laissé s’installer doucement la quiétude,

Bénissant l’instant « T », goûtant sa plénitude,

Pour ne faire plus qu’un avec la panacée.

Seuls quelques courageux osent le grand plongeon,

Dans cette eau accueillante et pourtant assez fraîche,

Et on peut voir au loin, les amoureux de pêche,

Qui taquinent le poisson, au rythme des saisons.

Les mouettes à l’affût de pauvres égarés,

Balancent sans gêne aucune leurs cris brefs et stridents,

Qui parfois, malgré nous, nous font grincer des dents,

Angoisse du lâcher-prise sur nos corps exposés. ;)

Comment finaliser ce tableau idyllique,

Ou, comment vivre heureux sans nul autre besoin,

Que celui d’écouter le ressac avec soin,

Qui chantonne son air, doux et mélancolique.

Ce sentiment joyeux, j’ai voulu le figer,

Pour revenir parfois lorsque pointent les nuages,

Sur quelques lendemains où survient un orage,

Me laissant nostalgique et prête à replonger…

( 27 mars, 2016 )

En errant sur mes lignes…

Les trois portes de la sagesse
Album : Les trois portes de la sagesse

1 image
Voir l'album

Ce blog, cher à mon coeur où mes humeurs s’étalent,

Je l’ai bien délaissé, ce, depuis quelques mois,

Au profit des pensées, illuminées d’étoiles,

Qui jalonnent ma vie et chassent mes émois.

J’apprends au fil des jours à guider ce bonheur,

D’avoir enfin trouvé une certaine sagesse,

Qui bénit cette vie, corrige mes erreurs,

Pour ne plus qu’espérer des regains de tendresse.

L’amour toujours absent de ma folle existence,

J’ose le défier, je lui ouvre grand ma porte,

Ce gentil bisounours qui mènera en cadence,

Les heures partagées, et me rendra plus forte.

A ce jour plus d’ennui, de silences obsédants,

J’aime à me retrouver face à face à moi-même,

Et je goûte ravie, au bonheur innocent,

De cette plénitude intense, de ma bohème.

Pourquoi ai-je tant cherché à me faire aimer,

Ai voulu à tout prix trouver le grand amour,

J’ai compris qu’aujourd’hui rien ne sert d’espérer,

Si au fond de mon âme, je le cherche toujours.

Car l’homme qui saura me faire rire aux éclats,

Et puis l’instant d’après me prendra dans ses bras,

Saura dans un silence apprivoiser mon être,

Par un « je t’aime » franc, et non pas un peut-être…

 

( 4 juillet, 2015 )

Un 4 juillet…

un 4 juillet
Album : un 4 juillet

1 image
Voir l'album

Savourant un bien-être riche de tant de saveurs,

Je goûte à ces instants, les sens au rendez-vous,

Auprès de ces 4 filles, 4 meufs au grand coeur,

Qui, chacune par son style, booste mes rêves fous.

Des heures à lézarder, ponctuées quelquefois,

Par des rires qui fusent, au détour d’un regard,

Moqueuses ou émouvantes, nos paroles ont foi,

En l’amour de la vie et ses nombreux départs.

Les rayons du soleil, qui caressent nos peaux,

Ruisselantes d’avoir osé le grand plongeon,

Nous rappellent que d’un rien, sous l’ombre d’un chapeau,

La vie est un cadeau, pas besoin de flons-flons.

J’aspire à continuer, au gré de Dame Nature,

Ce destin inconnu, forgé à chaque instant,

Par des actes posés, par ce besoin mature,

De vivre au jour le jour, l’écoulement du temps.

Alors, prête à poursuivre ma quête du Graal,

Sans toutefois me perdre au détour du chemin,

Je bénis mon étoile, métronome du moral,

De cadencer ma vie, en me tendant la main…

( 30 avril, 2015 )

Main dans la main…

Main dans la main
Album : Main dans la main

1 image
Voir l'album

De ces années passées à pleurer sur mon sort,

Je ne veux en garder que les bons souvenirs,

Car au-delà du mal qui ronge mes efforts,

J’apprécie les bonheurs de ces jours à venir.

Mes rêves se déclinent en amours impossibles,

Qui m’ont laissée avide, sans espoir pour demain,

Et la réalité qui me hante a pour cible,

Mon coeur désabusé, rêvant à d’autres mains.

Je te vois, t’imagine, toi, celui que j’espère,

Avec tes qualités et tes défauts si doux,

Et soudain, sentiment où la magie opère,

Je m’en remets à toi pour vivre un amour fou.

Tu sauras d’un regard m’inonder de tendresse,

Et ma main dans la tienne, j’oublierai le passé,

Pour enfin me blottir sans peur et sans tristesse,

Dans tes bras rassurants, créant mon Odyssée.

Et chaque jour durant, nos âmes épanouies,

Vivront tous les bonheurs, ce, pour l’éternité,

Savourant ces instants, cette chance inouïe,

D’avoir pu la trouver, notre sérénité…

( 26 octobre, 2014 )

Une fin d’octobre…

coeur ciel bleu
Album : coeur ciel bleu

1 image
Voir l'album

Savourant le soleil qui réchauffe ma peau,

Offerte à tous les vents, sous un ciel azuré,

Je laisse mes idées s’éparpiller sans maux,

Vers un av’nir propice à un destin sacré.

Cette brise légère, douce mélancolie,

Fait s’envoler bien haut mes lendemains moroses,

J’essaie de conjuguer le verbe aimer la vie,

Et ne me lasse pas de jouer de ma prose.

Au loin quelques voiliers bénissent ces instants,

Où tout est liberté, où le temps suspendu,

Empêche la venue d’un désespoir latent,

Qui, sournois est tapi et réclame son dû.

Peu importe demain, je vis pleinement ces heures,

Ressentant du chagrin sur l’histoire d’un amour,

Qui ravive la flamme du bonheur, du malheur,

Sans que je puisse choisir, être aveugle ou bien sourde.

Alors ces quelques lignes vont m’aider, j’en suis sûre,

A aller de l’avant, tête droite, yeux fixés,

Sur la ligne d’horizon, sur mon présent futur,

Sur ma ligne de conduite et sur ma destinée.

Et sans tracé aucun, je mènerai sans faille,

Mon bonhomme de chemin, accidenté sans doute,

Et j’irai droit devant, je boierai à la paille,

Ces minutes précieuses, élixir de ma route.

Et ivre de tant d’espoirs, je cacherai ma peur,

Qui voudra les entendre, j’offrirai mes fous-rires,

J’espère de toute mon âme, alimenter mon coeur,

De bonheurs merveilleux qui banniront les pires…

( 28 septembre, 2014 )

Un peu de souffle…

plume
Album : plume

1 image
Voir l'album

Quoi de plus vivifiant qu’un p’tit tour en vélo,

Pour pouvoir aérer mon cerveau, mes neurones,

Quelques côtes abruptes, la souffrance en cadeau,

Pour échapper enfin à mon futur si morne.

Mais voilà qu’au détour, d’un dédale de ruelles,

Mes yeux ont rencontré la splendeur sans pareille,

Quelques coups de pédales et perchée sur ma selle,

J’ai pu apprécier une pure merveille.

L’eau stagnante de l’étang, quelquefois balayée,

Par une brise douce, berceuse au doux refrain,

A gravé dans mes yeux l’instant T, relayé,

Par la beauté solaire de tous mes lendemains.

Quelques barques esseulées somnolaient sur la grève,

Attachées par un lien, entrave de toute fuite,

Comme si leur doux roulis n’était qu’une simple trève,

A un destin morose, mais digne d’un Jésuite.

M’asseyant un instant sur ces galets brûlants,

J’ai songé à ma vie, mes joies et mes déboires,

Et pourtant j’ai souri, preuve que mon présent,

Peut quelquefois sembler autre chose qu’une foire.

L’été s’en est allé, et avec lui mes rires,

Ils se sont retirés au fin fond du bonheur,

Pour laisser place aux pleurs, esquisse d’une satyre,

Qui s’installe, sournoise, au rythme de mon coeur.

Mais ma plume légère n’a de cesse de crier,

Qu’elle sait soigner mes maux sans ajout de prière,

Qu’elle est là bien souvent lorsque moi, je perds pied,

Et m’aide à rebondir sans aucune manière…

( 28 septembre, 2014 )

J’ai envie de pleurer…

montagne sentes
Album : montagne sentes

1 image
Voir l'album

J’ai envie de pleurer mais je n’ai pas d’épaule,

Pour poser mes chagrins et mes humeurs maussades,

Où pourrais-je trouver sans plus jouer de rôle,

Cet amour insensé qui fuit, me laisse en rade.

Maintes fois j’y ai cru, maintes fois j’ai aimé,

Ce qui me semblait pur et au-delà d’un rêve,

Mais j’ai réalisé qu’arrivée au sommet,

Le chemin parcouru n’était juste qu’une trève.

Si haute fut la montagne, j’ai souvent fait l’apôtre,

A arpenter la vie comme on grimpe ses sentes,

Les bras toujours levés, les mains ouvertes aux autres,

Mais la réalité n’est pas couleur de menthe.

Le vert de l’espérance, le jaune rayonnant,

Ne sont que les couleurs d’une vie insouciante,

J’assume mes erreurs et vais, bon-en, mal-en,

Toujours vers l’avenir, blessée mais souriante…

( 25 septembre, 2014 )

J’en appelle à la conscience…

guerre
Album : guerre

1 image
Voir l'album

J’en appelle à la conscience, à la paix dans ce monde,

Où tout n’est que violence, si proche du chaos,

Où une poignée sauvage assassine sans honte,

Des êtres vulnérables qui me laisse sans mot.

Ce mal-être grandissant étouffe mes ardeurs,

Moi qui prône la joie d’un avenir serein,

Je me sens lasse et vide d’assister à l’horreur,

De tant de crimes vils, à l’image du malin.

A ces soi-disant hommes, je lance la dernière pierre,

Je leur dédie mes maux, je leur crie haut et fort,

Que l’amour du prochain n’est pas qu’une prière,

Qu’à mes yeux il ne sont, tout au plus moins que rien.

La haine que je leur voue n’engendre que ma rogne,

Me laissant impuissante face aux actes déments,

Qu’ils osent perpétrer sans aucune vergogne,

Au nom de qui, de quoi, des affamés de sang.

Ils se veulent vengeurs, ils pourrissent les âmes,

De ceux qui, réceptifs, peut-être par inconscience,

Accordent du crédit à ces drôles d’infâmes,

Cautionnent leurs idées sans aucune méfiance.

En ce jour la nausée s’est emparé de moi,

J’ai ce besoin d’écrire pour poser ma tristesse,

Car au-delà du mal qui ronge mes émois,

Je ne peux qu’espérer un regain de sagesse…

12345...11
Page Suivante »
|